Des jeunes diplômés inadaptés à l’entreprise ?

Selon un sondage réalisé par le spécialiste du recrutement CareerBuilder, 95 % des entreprises françaises ont l’intention de recruter des jeunes diplômés sortis de l’université cette année. Pourtant, seul 1 employeur sur 5 (18 %) pense que ces étudiants sont correctement préparés à occuper des postes au sein de leur organisation ! Que manque-t-il à ces jeunes diplômés ? Quels sont les profils favoris des recruteurs ?

Des jeunes diplômés inadaptés à l’entreprise ?

Les entreprises françaises ont toujours été promptes à l’embauche de jeunes fraichement diplômés de l’université. Le sondage réalisé par Carreer Builder auprès de 400 employeurs le confirme : 95 % des entreprises françaises ont l’intention de recruter des jeunes diplômés sortis de l’université cette année. Pour autant, cette étude révèle que seul un employeur sur cinq (18 %) pense que ces établissements d’enseignement « préparent correctement les étudiants à occuper des postes au sein de leur organisation ». Pour plus de la moitié (58 %), l’université préparent les étudiants à « certains rôles, mais pas tous », et 24 % pensent qu’elle ne les prépare pas du tout.

Cherche qualités relationnelles pour travailler en équipe…

Selon ces potentiels recruteurs, ce sont les qualités relationnelles qui manquent le plus à ces jeunes diplômés, pour 49 % des interrogés. Parmi les autres lacunes récurrentes chez ces étudiants étudiants fraîchement sortis de la fac se trouvent le travail d’équipe (43 %) et en lien avec ces qualités relationnelles, un manque de savoir faire en communication (communication écrite 37 %, communication orale, 35 %). Ces jeunes diplômés auraient égalemet des difficultés à résoudre des problèmes selon 38 % des entreprises, un manque de créativité (31 %) puis des lacunes en gestion de projet comme sur la recherche et l’analyse (23 %).

« Si presque toutes les entreprises françaises ont l’intention d’embaucher des jeunes diplômés, une large majorité ne pense pas que les étudiants soient assez préparés à la vie active, note Tony Roy, Président CareerBuilder EMEA. Ces résultats mettent en avant la nécessité pour les entreprises de travailler plus étroitement avec les établissements universitaires afin de s’assurer que les étudiants acquièrent les compétences dont les entreprises en croissance ont besoin. »

Loin de la réalité du travail…

Interrogés sur les causes de telles lacunes, les employeurs estiment que la formation universitaire « met trop l’accent sur la théorie plutôt que sur la connaissance du monde réel » (57 % des réponses) et pour 42 % « ne se concentre pas assez sur les stages, l’expérience pratique et l’apprentissage ». Les profils recherchés par ces employeurs, sont des collaborateurs « possédant à la fois des compétences techniques et des qualités personnelles ». Si l’université tent