Des jeunes diplômés inadaptés à l’entreprise ?

Selon un sondage réalisé par le spécialiste du recrutement CareerBuilder, 95 % des entreprises françaises ont l’intention de recruter des jeunes diplômés sortis de l’université cette année. Pourtant, seul 1 employeur sur 5 (18 %) pense que ces étudiants sont correctement préparés à occuper des postes au sein de leur organisation ! Que manque-t-il à ces jeunes diplômés ? Quels sont les profils favoris des recruteurs ?

Des jeunes diplômés inadaptés à l’entreprise ?

Les entreprises françaises ont toujours été promptes à l’embauche de jeunes fraichement diplômés de l’université. Le sondage réalisé par Carreer Builder auprès de 400 employeurs le confirme : 95 % des entreprises françaises ont l’intention de recruter des jeunes diplômés sortis de l’université cette année. Pour autant, cette étude révèle que seul un employeur sur cinq (18 %) pense que ces établissements d’enseignement « préparent correctement les étudiants à occuper des postes au sein de leur organisation ». Pour plus de la moitié (58 %), l’université préparent les étudiants à « certains rôles, mais pas tous », et 24 % pensent qu’elle ne les prépare pas du tout.

Cherche qualités relationnelles pour travailler en équipe…

Selon ces potentiels recruteurs, ce sont les qualités relationnelles qui manquent le plus à ces jeunes diplômés, pour 49 % des interrogés. Parmi les autres lacunes récurrentes chez ces étudiants étudiants fraîchement sortis de la fac se trouvent le travail d’équipe (43 %) et en lien avec ces qualités relationnelles, un manque de savoir faire en communication (communication écrite 37 %, communication orale, 35 %). Ces jeunes diplômés auraient égalemet des difficultés à résoudre des problèmes selon 38 % des entreprises, un manque de créativité (31 %) puis des lacunes en gestion de projet comme sur la recherche et l’analyse (23 %).

« Si presque toutes les entreprises françaises ont l’intention d’embaucher des jeunes diplômés, une large majorité ne pense pas que les étudiants soient assez préparés à la vie active, note Tony Roy, Président CareerBuilder EMEA. Ces résultats mettent en avant la nécessité pour les entreprises de travailler plus étroitement avec les établissements universitaires afin de s’assurer que les étudiants acquièrent les compétences dont les entreprises en croissance ont besoin. »

Loin de la réalité du travail…

Interrogés sur les causes de telles lacunes, les employeurs estiment que la formation universitaire « met trop l’accent sur la théorie plutôt que sur la connaissance du monde réel » (57 % des réponses) et pour 42 % « ne se concentre pas assez sur les stages, l’expérience pratique et l’apprentissage ». Les profils recherchés par ces employeurs, sont des collaborateurs « possédant à la fois des compétences techniques et des qualités personnelles ». Si l’université tente depuis des années, par diverses formations professionnalisantes, de réduire le fossé qui la sépare des entreprises, les résultats ne semblent pas encore probants…

Commerce, business et TIC

Cette inadéquation entre l’offre et demande dépend également des compétences spécifiques recherchées par ces employeurs. Pour 14 % d’entre eux, « il n’y a pas assez d’étudiants dans les diplômes dont mon entreprise a besoin ». Selon l’enquête, ils recherchent majoritairement des diplômés en commerce et business (23 %). Les diplômes d’ingénieurs sont aussi très plébiscités (12 %). Ils insistent également sur leurs besoins de diplômés en technologies de la communication (20 %) et en sciences de l’information et l’informatique (15 %). Une demande qui explique en partie la mauvaise presse de l’université, puisque pour 16 % des employeurs, « la technologie évolue trop rapidement pour que les universités puissent suivre le rythme ». L’enseignement/formation (11 %) et les diplômes en sciences sociales (10 %) arrivent en fin de classement.

Les entreprises recherchent principalement des jeunes diplômés pour occuper des postes dans les technologies de l’information (31 %) et le service client (26 %). Les opportunités sont aussi nombreuses dans le développement des affaires (25 %) et la finance et comptabilité (24 %). Les ressources humaines (22 %) complètent ce top 5.

Des employeurs prêts à négocier

Financièrement, les entreprises sont prêtes à faire des efforts, selon leurs réponses au sondage : la plupart des employeurs (70 %) se disent prêt à négocier la rémunération lorsqu’ils ouvrent un poste aux jeunes diplômés. Près d’un quart des entreprises (24 %) ayant l’intention d’embaucher de jeunes diplômés proposera des salaires à l’embauche plus élevés que l’an dernier. Une large majorité des entreprises (89%) accepte également de négocier ou de leur proposer divers avantages comme des bonus (45 %) la prise en charge des frais de transport (43 %), le téléphone portable (40 %) ou encore des horaires flexibles (30 %). 24 % se disent prets à négocier sur le télétravail et 23 % la prise en charge de formation supplémentaire. En revanche, seuls 9 % d’entre eux acceptent de négocier « davantage de vacances ».

Ce sondage a été mené auprès de 400 personnes ayant une influence dans les décisions de recrutement en France. Les entretiens ont été menés en ligne par Redshift Research en mars et avril 2015 à travers une invitation par e-mail et un sondage en ligne.


Elise Pierre


Voir aussi

PARCOURSUP : nous y sommes !

PARCOURSUP : A vos marques ... Saisissez... et avant le 13 mars 18h00 Les réunions en lycées se sont multipliées au mois de janvier. Après avoir accéder au "tuto" qui permettaient aux jeunes de se familiariser avec le nouvel outil, le site est opérationnel. PARCOURSUP permet de saisir ses vœux depuis le 22 janvier et jusqu'au...

Ardoise avec une ampoule
BTS ou DUT : Comment choisir entre ces deux filières courtes ?

Les BTS et DUT sont des formations de niveau Bac +2 qui permettent d’être rapidement opérationnels en se préparant à un métier, mais ouvrent également à la poursuite d’études. Comment choisir ? Revue des différences entre ces diplômes nationaux. BTS ou DUT : Comment choisir entre ces deux filières courtes ? Les BTS et DUT...

Exit APB Vive PARCOURSUP
APB est mort, Vive PARCOURSUP

Exit APB (Admission Post Bac) Les élèves de terminales feront face dès le 15 janvier 2018 au tout nouveau site "PARCOURSUP" que l'on espère plus simple que son prédécesseur "APB". Mais comment s'adapter rapidement aux nouvelles règles de l'orientation ? PARCOURSUP, comment est ce que cla emarche ? Terminé le tirage au sort dans certaines...

Contester une décision d’orientation

A l'issue du dernier conseil de classe de l'année, vous souhaitez contester la décision d'orientation scolaire prise par le chef d’établissement ? Vous pouvez passer par une commission d'appel. Conseils à suivre pour obtenir gain de cause via cette procédure administrative… Comment contester une décision d’orientation ? En cas de désaccord avec la décision d’orientation...

Bien informé, bien orienté !

Comment choisir face au large panel d’établissements et organismes de formation existants ? Voici les principaux lieux d’information, sur la toile comme près de chez vous… pour trouver rapidement des sources fiables pour répondre à vos questions d’orientation ! Bien informé, bien orienté ! Profitez des nombreux salons d’information sur l’orientation et les métiers organisés...

Abaca Formation


Plus de 20 ans aux service

des particuliers et des
entreprises

 





En savoir plus